Le SSG pleure les victimes du pensionnat autochtone de Kamloops

3 juin 2021

La fin de semaine dernière, la Première nation Tk'emlúps te Secwepemc annonçait que 215 corps d'enfants avaient été retrouvés sur le site d'un ancien pensionnat en Colombie-Britannique. Une telle nouvelle n’est rien d’autre qu’un rappel brutal de la cruauté du système des pensionnats et des dommages causés par ce pays aux communautés et aux peuples des Premières nations.

La Commission de vérité et réconciliation (CVR) a formulé six recommandations concernant les enfants disparus et les renseignements sur les sépultures. Ces recommandations ne représentent qu'une petite partie du travail à accomplir dans le cadre du processus de réconciliation et, jusqu'à présent, les progrès réalisés à la suite de ces appels à l'action ont été minimes. Le Comité de l'équité du Syndicat des services gouvernementaux appuie la mise en œuvre de l’intégralité des appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation.

Plusieurs provinces du pays et de nombreux édifices fédéraux ont mis leur drapeau en berne, mais ce n'est pas suffisant. Je pense à l’enlèvement de mes propres enfants, sans savoir où ils reposent, ni ce qu'ont été leurs derniers jours et leurs dernières heures. À la suite de l'Appel à l'action n° 74 de la CVR, le gouvernement fédéral DOIT actualiser les dossiers et faire en sorte que ces enfants soient retournés dans leurs communautés d'origine, où les familles peuvent les honorer. Veuillez demander à vos élu(e)s de faire ce qu'il faut pour ces enfants et leurs familles.  

Une telle situation nous rappelle que le chemin de la réconciliation a été tracé par de nombreux rapports différents, et qu'ils prennent la poussière et s’entassent sur des étagères. Il ne suffit pas d'écrire à ce sujet, nous devons insister pour que le gouvernement réponde aux appels à l'action.  

Mon père a fréquenté les pensionnats, son existence et sa vie avec ma mère ont été marquées par ses expériences. De nombreux membres de ma famille sont allés dans des pensionnats ou des externats indiens. Ce qui s’est passé ne remonte pas si loin, mais en fait est d'actualité. Bien des choses pourraient être entreprises aujourd'hui pour aider toutes les familles qui ont perdu un enfant.

Écrivez à votre député(e) et dites-lui que le gouvernement DOIT ramener ces enfants chez eux.

Kelly Bush,

Vice-présidente nationale

Présidente du Comité de l'équité

Syndicat des services gouvernementaux - AFPC