RAMADAN

20 avr. 2020

En ces temps sans précédent, nos mondes sont unis dans la lutte contre la propagation du Covid 19. Les nouvelles et les médias se sont emparés exclusivement de ce sujet, nous inondant d’informations toutes les heures et de toutes sortes de manchettes sans discontinuer. Le Comité de l'équité du SSG souhaite nous attirer l’attention sur d’autres sujets que celui de la pandémie, et nous donner quelques renseignements sur d’autres cultures. Le Ramadan étant tout proche, je me suis demandé de quoi il s'agissait. Un membre de notre Comité a eu la gentillesse d'écrire ces quelques lignes sur ce mois sacré, que nous aimerions partager avec les membres du SSG.

Restez en sécurité, mes ami(e)s – c’est ensemble que nous parviendrons à enrayer cette pandémie. Cependant, inspirons-nous des leçons que notre syndicat nous enseigne car c'est dans celles-ci que résident notre force commune et la puissance de la solidarité. Si une personne décide de ne pas faire ce que la santé publique demande, alors nous ne pourrons pas arrêter cette pandémie, seulement la ralentir. Notre travail consiste actuellement à arrêter la propagation du virus, aussi devons-nous, toutes et tous, faire tout ce qui est en notre pouvoir pour atteindre cet objectif commun.

 

****************************************************************

Pour les musulmans, le Ramadan est le mois saint par excellence car il constitue celui du jeûne (qui dure 29 ou 30 jours) et contient la nuit du Destin. Au cours du neuvième mois, appelé Ramadan, du calendrier islamique, les musulmans ayant l'âge requis selon les courants de l'islam doivent jeûner pendant toute sa durée, et ne doivent pas manger, boire, fumer, ni entretenir de rapport sexuel de l’aube au coucher du soleil. ‘Les jeunes enfants (généralement âgés de moins de 12 ans), les personnes qui prennent des médicaments sur ordonnance, celles qui font des voyages exténuants, les infirmes, les personnes âgées et les femmes enceintes, ainsi que les femmes pendant leurs règles’ sont exemptés des règles du Ramadan. Les personnes temporairement exemptées de jeûne doivent se rattraper peu après la fin du mois de Ramadan. Chaque jour du Ramadan, les musulmans rompent leur jeûne au coucher du soleil par ce qui est le Iftar, qui commence traditionnellement par des dates et une soupe, suivi d'un repas complet.

Le jeûne nous rend profondément conscients des douleurs que causent la faim et l'inconfort dont souffrent les moins fortunés d'entre nous qui doivent supporter ces conditions difficiles tout au long de leur vie. Il est aussi une source d'endurance sans faille et d’un esprit d'acceptation. Cela pourrait bien les préparer à supporter les situations immuables de la vie dans le même esprit de résignation que celui qui est cultivé pendant les jeûnes. Le jeûne engendre chez les gens un esprit de pardon envers les autres, car ils cherchent le pardon de Dieu par le jeûne et la prière. Le jeûne est destiné à vaincre la colère et à développer la maîtrise de soi, de même que le courage, la force morale et l'esprit de combat pour surmonter les difficultés de la vie avec un esprit calme et tranquille. Le jeûne nettoie le système humain des impuretés qui s'accumulent en raison d'une alimentation ininterrompue tout au long de l'année.

Le jeûne donne lieu à une réforme spirituelle, insufflant à ceux et celles qui le suivent un esprit enthousiaste et une inclination au changement pour tenter de devenir de meilleurs êtres humains aux yeux de Dieu. Cette excellente opportunité est donnée aux croyants et croyantes chaque année, pour qu'ils et elles entament une transformation en leur propre sein et, par conséquent, de leur destin.

Chaque année, le Ramadan arrive environ 10 jours plus tôt que l'année précédente.  Cela s'explique par le fait que le calendrier islamique est basé sur le cycle lunaire. Cette année, en 2020, le Ramadan aura lieu du 24 avril au 23 mai.

La nuit qui marque la fin du Ramadan, les célébrations de l'Aïd al-Fitr peuvent alors commencer -- les croyants et croyantes vont prier et festoyer pour célébrer la rupture du jeûne.

 

Sue Soubra-Boone pour le Comité d'équité