Le mois de février est celui de l’histoire des Noirs

//Le mois de février est celui de l’histoire des Noirs

Le mois de février est celui de l’histoire des Noirs

 

Je sais pertinemment que le Mois de l’histoire des Noirs est l’occasion de célébrer les réalisations des Canadiens et Canadiennes de race noire, ce que ne manque pas de relever comme il se doit l’énoncé ci-joint de l’AFPC. Toutefois, il suffit de voir ce qu’il se passe dans notre monde de nos jours pour conclure que de célébrer les succès des Canadiens et Canadiennes de race noire, et d’en parler, sonne un peu faux.

Vivre et survire dans notre monde d’aujourd’hui relèvent du surréel. En effet, confronté(e)s à un mégalomaniaque à la tête de nos voisins du Sud, qui crée la division, suscite la crainte et provoque le chaos – même s’il est facile pour nous autres Canadiens et Canadiennes de dire que la situation de l’autre côté de la frontière est vraiment affreuse –, il suffit que nous nous tournions vers nos propres communautés pour voir ce qu’il se passe chez nous.

En effet, le racisme y est bien vivant, au sein même de nos frontières. Si vous avez le bonheur de ne pas le savoir ou de ne pas en entendre parler, c’est que vous êtes sous le signe de la chance, qui fait partie intégrante du privilège des Blancs. Nos consoeurs et confrères appartenant à des groupes raciaux visibles, de même que nos consoeurs et confrères autochtones, ne jouissent pas d’un tel privilège.

Je viens de participer à un atelier pilote de l’AFPC qui avait pour thème « Représentation et lutte contre le racisme ». Ce cours de niveau supérieur était notamment offert aux membres de l’AFPC venant de tous les groupes raciaux, dans le but de renforcer nos connaissances et d’améliorer notre compréhension des répercussions que peut avoir le racisme dans le milieu de travail, au sein du mouvement syndical, et dans la communauté.

Oui, je célèbre les réalisations des Canadiens et Canadiennes de race noire, mais pas seulement en février, mais plutôt tous les jours. Prenez, vous aussi, le temps d’en faire autant, et demandez-vous ce qu’il se passe dont nous ne parlons pas. Je vous exhorte à suivre ce cours, si vous le pouvez, pour savoir comment être bien plus qu’un(e) allié(e) : un(e) partisan(e) de la lutte contre le racisme anti-Noirs dans notre société.

2017-02-08T13:56:50+00:00
X